Depuis le 1er janvier 2022, la Réglementation environnementale 2020 (RE 2020) est entrée en vigueur.

Economies d’énergie, impact environnemental réduit, confort d’été optimisé, profitez de la RE 2020 pour concevoir durablement votre maison.

Nous vous proposons un guide pour vous aider à mieux comprendre les nouvelles normes et les avantages à construire une maison RE2020.

UNE ÉVOLUTION DANS LA CONTINUITÉ DES RÉGLEMENTATIONS THERMIQUES DEPUIS 1974

LES 3 AXES DE LA RE 2020

Pensée autour de trois axes, le RE 2020 fi xe de nouvelles normes, de nouveaux seuils.
Ils concerneront tous les permis de construire déposés à partir du 1er janvier 2022.
La réglementation précédente (« RT 2012 ») se limitait à la consommation énergétique de la maison.
La RE 2020 y ajoute le confort de vie et l’impact environnemental sur l’ensemble du cycle de vie d’un bâtiment (construction, usage, destruction finale)s

LES + DE LA MAISON RE 2020

La maison RE 2020 sera certes plus exigeante à construire puisqu’elle obéira à de nouvelles normes. En contrepartie, elle offrira de nombreux avantages et vous aurez la fierté de contribuer à la protection de la planète

+ D’ÉCONOMIES D’ÉNERGIE + DE CONFORT

Les changements climatiques imposent une nouvelle manière de concevoir les maisons. Dans une maison RE 2020, il ne fera jamais « trop chaud » : la température sera stable, le taux d’humidité toujours maîtrisé, et l’air bien mieux ventilé.

+DE PERFORMANCE ENVIRONNEMENTALE

La construction d’une maison RE 2020 prendra en compte la mesure de son impact environnemental.
Elle émettra 30 % de carbone en moins en comparaison d’une maison RT 2012.

À QUOI RESSEMBLERA LA MAISON RE 2020 ?

Matériaux, équipements, isolation, orientation, ouvertures… : pour répondre aux nouveaux seuils environnementaux, les évolutions seront partout sensibles dans la maison RE 2020 !

Les Matériaux

  • + de matériaux naturels et biosourcés*, dans la structure comme dans l’aménagement ;
  • Le bois, la paille, la laine de mouton, le chanvre ou encore le liège seront préférés à la laine de verre.
  • – d’impact environnemental pour les matériaux existants ;
  • Nouveaux parpaings, nouvelles briques, nouveaux bétons « bas-carbone »…

LES SYSTÈMES DE CHAUFFAGE ET DE REFROIDISSEMENT

Pour le chauffage
• Abandon ou réduction drastique des énergies fossiles, et notamment du gaz ;
• Fin des radiateurs électriques ;
• Généralisation des énergies renouvelables et des dispositifs propres : pompes à chaleur, poêle à granulés de dernière génération, systèmes combinés…

Pour le refroidissement
• Limitation des climatiseurs actuels aux seules zones les plus chaudes du pays ;
• Mise en place de dispositifs de refroidissement passifs : brasseurs d’air, surventilation naturelle, vitrage à contrôle solaire…

L’isolation

Renforcement de tous les composants pour atteindre une isolation 30 % supérieure à l’existant : sols, murs, plafonds, combles, vitrages, résistance thermique des isolants…

L’ORIENTATION ET LES OUVERTURES DE LA MAISON

• Orientation optimisée de la maison afin de privilégier les apports de chaleur naturels ;
• Variation de la taille des ouvertures selon leur exposition ;
• Introduction de dispositifs pour mieux utiliser la chaleur naturelle du soleil, ou à l’inverse s’en protéger : débords de toit, marquises, brise-soleil, volets roulants pilotés…

LA RÉGLEMENTATION RE 2020 EN DÉTAIL

LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DE LA MAISON RE 2020

Les seuils actuels sont renforcés, notamment pour une meilleure performance énergétique de la maison. L’indicateur de besoin bioclimatique (Bbio), qui mesure l’énergie nécessaire pour que la maison reste confortable quelles que soient les températures extérieures, est abaissé de 30 %. Pour que les énergies utilisées par la maison soient également le moins carbonées possibles, la RE 2020 introduit un seuil maximal d’émission de gaz à effet de serre pour les consommations annuelles.
Mesuré par l’IC Energie, il est fixé à 160 kgCO2 /m2 pour les maisons individuelles. Enfin, la RE 2020 cherche à favoriser au maximum le recours à la chaleur renouvelable, en introduisant là aussi un nouvel indicateur : la consommation d’énergie primaire non renouvelable (CEP nr), autrement dit l’énergie d’origine fossile nécessaire aux besoins de la maison.

Une meilleure isolation, plus de confort, moins de consommation

Ces nouvelles obligations auront des conséquences directes sur le choix de systèmes propres pour le chauffage et le refroidissement de la maison. L’isolation de la maison sera aussi considérablement renforcée pour diminuer les besoins de chaud et de froid.
Outre le bénéfice environnemental de ces mesures, des avantages concrets sont attendus pour l’acquéreur d’une maison individuelle. On estime un gain de performance de 30 % dans la conception et l’isolation du bâtiment, avec des baisses des factures énergétiques d’environ 15 %. La maison sera aussi plus confortable, car mieux aérée et moins sensible aux variations de températures.

LES PRINCIPAUX SEUILS DE LA MAISON RE 2020

L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL DE LA MAISON TOUT AU LONG DE SON CYCLE DE VIE

L’analyse du cycle de vie, ou ACV, est la grande nouveauté de la RE 2020. Pour cela, un indicateur de carbone – IC Construction – exprimé en fonction de la surface de la construction va être utilisé : il prendra en compte les émissions associées aux besoins de construction et d’équipement de la future maison. Annoncé à 640 kgCO2 /m2, il fera l’objet d’une réévaluation régulière en 2025, 2028 et 2031 afin d’atteindre à cette date l’objectif de – 30 % d’émissions par rapport aux seuils actuels.

Plus de bois et de matériaux biosourcés

Cette évolution signifie que chaque composant de la maison – béton, parpaings, structure, toiture, aménagements intérieurs – devra être évalué en fonction de son coût environnemental. Les constructeurs, mais aussi tous les fournisseurs, devront donc être capables d’indiquer l’impact de leurs produits, de leur construction à leur destruction.
Une telle analyse va avoir des conséquences directes sur le choix des matériaux. Chaque constructeur reste libre d’utiliser ceux qu’il désire. Mais pour respecter la norme, il faudra nécessairement recourir à des produits susceptibles d’émettre le moins de carbone possible. Le bois et les matériaux biosourcés* seront davantage utilisés, et des innovations verront le jour dans les matériaux actuels, avec des usages mixtes bois et béton, ou encore le développement de nouveaux bétons dits « bas-carbone ».

LE CONFORT D’ÉTÉ

Jusqu’à aujourd’hui, le confort en été des maisons n’était pas, ou peu, pris en compte. Or, les températures augmentent avec le réchauffement climatique. On s’attend à un doublement des épisodes caniculaires en France d’ici 2050, avec des pics de températures allant jusqu’à 50°C1.


²Source : DRIAS 2020, les nouvelles projections climatiques de référence, janvier 2021.

Une sensation de confort objectivée par le « DH »


La RE 2020 intègre donc le besoin de froid des futures maisons ; elle définit pour cela un nouvel indicateur de confort calculé lors de la conception du bâtiment : le degré.heure (DH*). Fixé à 350, il ne peut en aucun cas dépasser les 1 250 (soit 25 jours dans l’année où la maison serait continuellement à 30°C le jour et 28°C la nuit). Entre les deux, des pénalités sont appliquées dans le calcul de la performance énergétique.
Outre le travail sur l’isolation, des solutions de climatisation dites passives sont prévues pour garantir le respect des nouvelles normes et assurer ce confort d’été pour l’acquéreur d’une maison neuve : forme et orientation de la maison, protections contre le soleil, ventilation, installation de brasseurs d’air ou encore de puits climatiques.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *